Bisou de grande soeur

Les filles passent pas mal de temps dans leur salle de jeux!Chacune son coin, mais parfois Claudia retrouve Gabi pour un bisou et Gabi se sent d’aller voir Claudia mais n’ose pas encore le 4 pattes…

Chateaux de sable!

ma petite Claudia m’a bien étonnée en me montrant des rochers couverts de moules : “Maman, des moules!” je ne sais pas où elle a vu ça!
Claudia s’est bien baignée avec son papa, je les ai cherché longtemps sans les trouver j’ai commencé à avoir peur!
Au moment de partir, un gâteau est tombé dans le sable. J’ai dit à Claudia qu’on le laissait pour les oiseaux. Elle s’est empressée d’aller l’apporter aux mouettes, ça s’est fini en danse sur le sable…

Ce matin Claudia a eu son second accident domestique, le premier étant le suçottage de crèmes pour bébé en tout genre si vous vous souvenez. Elle s’est brûlée la lèvre en faisant chauffer une cuillère en plastique sur la plaque , puis elle l’a portée à sa bouche, c’est resté collé… je l’ai emmené chez son arrière grand mère qui a le don de guérir les brûlures. Elle n’a plus eu mal depuis que nous sommes allées la voir… je crois que Clo a envie de cuisiner!

Notre trappette s'est ouverte!

nous avons eu un gros souci avec la garderie. Et avec mon caractère ça ne s’est pas bien passé du tout. depuis deux semaines les puéricultrices insistent pour que j’emmène Claudia voir un pédopsychiatre, chose que j’ai déjà faite lors de ses premiers mois de sa vie. je ne suis pas contre l’idée de la faire consulter. mais les puéricultrices m’attaquent en me faisant comprendre que les angoisses qu’elles supposent que j’ai rejaillissent sur Claudia. je m’entends dire : ” Si vous ne l’emmenez pas , vous handicapez votre fille, à l’ecole ça n’ira pas. Emmenez là et vous aborderez la rentrée plus sereinement". Il y a quelques mois j’étais pas du tout sereine vis a vis de la rentrée mais depuis qu’on a rencontré la maitresse et vu à quel point Clo y était à l’aise, je ne m’inquiète plus du tout. ces idiotes m’ont collé une étiquette de maman dépressive. je leur rétorque que j’en parlerai au pédiatre de Clo et qu’on suivra sa décision. le pédiatre me dit qu’il ne faut pas l’emmener, elle n’en a pas besoin, ses réactions sont normales. je transmets et là les puer me disent qu’il a tord , qu’il n’est pas un professionnel!!!!!(et elles??)

le lendemain je reçois un coup de fil de la directrice. Elle insiste lourdement pour me voir et rencontrer mon mari . Au début elle parle d’un bilan “parce qu’on ne se voit qu’entre deux porte etc"… je mets les pieds dans le plat. “c’est pour parler des angoisses de Claudia? ” Oui. “
Je repasse chez le pédiatre qui me dit que ce sont les puer qui imposent à Claudia de parler +, de s’investir dans le groupe alors que ça ne lui correspond pas. Donc elle ressent une pression et se braque.
En arrivant à la réunion, accompagnée de mon mari, je me retrouve avec la directrice et la puéricultrice préférée de Claudia. Elles présentent la chose très différemment , du coup j’ai l’air d’une conne devant mon mari! “Claudia joue seule, elle est en non communication, elle répète ce qu’on dit mais nous n’avons pas d’échange avec elle. les deux enfants qui avaient un comportement similaire étaient pour l’un autiste et l’autre surdoué. ” Aucune attaque envers moi, elle ont bien répété leur discours. nous contestons le manque de progrès en langage, la situation commence à se calmer quand Alex leur dit qu’à la maison elle n’a aucun blocage, même si elle communique + avec sa soeur et nous qu’avec les autres. je leur transmets l’avis du pédiatre. Nous leur expliquons , pour ma part de manière assez virulente, que Claudia a un esprit de contradiction très fort, qu’il faut la laisser tranquille et arrêter de la pousser à faire ce qu’elle ne veut pas faire (parler et s’intégrer avec des enfants + grands qu’elle) sinon ça ne viendra jamais naturellement. Elle a le droit d’être sensible et solitaire si ça lui plait. Claudia est différente, il ne faut pas la faire entrer à tout prix dans un moule mais respecter sa différence et s’adapter à chaque enfant. je ne connais que trop ce genre de situation on finalement, c’est l’enfant qui culpabilise parce qu’il se pense anormal. La puéricultrice préférée me dit qu’elle n’est pas d’accord et qu’elle pense qu’il faut vraiment la pousser pour qu’elle y arrive. je suis outrée. je n’ai plus confiance. Elles posent des questions sur le caractère de Claudia à la maison, ce qu’elle aime faire etc…Elles s’étonnent que nous ayons des observations poussées sur notre fille “Si nous convoquions d’autres parents je ne suis pas sure qu’ils aient autant de choses à dire sur leur enfant". Comme si on était trop derrière elle à la frustrer. Nous savons simplement que Claudia a besoin d’apprendre, elle a une curiosité qui semble sans limite, nous répondons à son besoin mais nous savons nous éclipser quand elle veut apprendre par elle même, seule. d’ailleurs elle nous vire.

Vient ensuite la petite phrase mesquine envers moi : “Vous avez réponse à tout". Là je suis dégoutée. je leur explique que nous avons traversé des périodes douloureuses avec ma grossesse et l’accouchement, que nous avons fait ce qu’il fallait pour que Claudia aille mieux, elle va mieux et même elle va bien.l’ostéopathie ayant suffit à éloigner d’elle les pensées trop négatives autour de mes soucis de santé, je n’ai aps eu besoin de l’emmener chez le pédopsychiatre. je leur dit qu’elle ne manifeste pas d’angoisse à la maison, seulement ici. On me répond ‘Je n’en suis pas persuadée, nous sommes des professionnelles". je sais si mon enfant va bien ou mal. Je pars avec l’adresse d’un pédo psychiatre uniquement pour prouver ma bonne foi, nous irons et j’espère bien que l’avis du médecin sera le même que celui du pédiatre en qui j’ai une confiance aveugle).

Nous allons aussi faire passer à Claudia un test de précocité. depuis quelques jours on se documente et c’est une évidence, elle a le profil. Qu’elle soit étiquetée surdouée ou non, ce n’est pas important puisque nous répondons toujours à ses besoins affectifs et intellectuels, mais j’ai compris que sa sensibilité peut être liée à cette maturité intellectuelle. Il est vrai que sa perception du monde et sa façon d’être correspond à celle d’un enfant précoce porté sur la création.

J’ai téléphoné le lendemain à la directrice pour lui dire que j’avais pris rendez-vous. Claudia m’a demandé qui c’était. je lui dit c’est Patricia. Et là, elle panique, pleure s’enferme dans ma chambre et pique une colère. je lui parle de la réunion, lui dit qu’ils ne l’embêteront plus parce que papa et maman ont expliqué aux puéricultrices que Claudia n’est pas obligée de parler si elle n’en a pas envie, et qu’elle a le droit d’être sensible, qu’il faut qu’elle fasse comme elle veut elle. le reste , papa et maman s’en fiche.
Miracle!! Claudia s’est ouverte à nous. Mon cousin arrive, elle lui dit “Bonjour Christophe", avec un bisous. Avant, il lui fallait 15 min pour ne pas avoir peur. Son papa rentre le soir. il joue avec elle, vient me voir et me dit : “Claudia est bien, elle est confiante, qu’est ce que tu lui as dit?” Moi aussi je la trouvais sûre d’elle, et ce matin ça a continué. Est-ce cette discussion avec la garderie, est-ce notre prise de conscience de son éventuelle précocité et de la pression des puéricultrices sur elle? peut être tout ça en même temps, mais en tous cas, le résultat est bien sympathique.

Après la plage , le réconfort : chocolat!

telle mère…telle fille!

Claudia adore les singes!

Un ptit cadeau de mes élève et mon arbre à singe qui date de mon enfance…